Travaillons connectés

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 9 décembre 2007

Le Web3 en live

Cette année, je serai à la conférence Le Web 3. Mais j'irai quand même jeter un œil de temps en temps sur Le Web3 Live : c'est fait par des étudiants en journalisme et des étudiants en TIC, ça devrait donc être riche et fourni.

Une bonne solution pour suivre ce qui se passe pendant ce qui semble être un des évènements les plus riches autour du web en Europe.


Via Sébastien Bailly.

mardi 4 décembre 2007

Ce que l'avenir vous promet...

...la Poste vous demande de venir le chercher en faisant la queue.
:-)

  • Lundi 12.11 - J'effectue un achat en ligne. J'ai besoin de recevoir ma commande avant la fin de la semaine, la boutique m'indique "livraison en 24h". Le produit étant très petit, le colis devrait rentrer ma boîte à lettres.
  • Mercredi 14.11 - Je découvre dans ma boîte une cartonnette de La Poste, "Vous avez reçu un coli !"... On m'indique que je pourrai le retirer à partir du lendemain dans mon bureau de poste, et ce dans un délai maximal de 15 jours.
  • Samedi 01.12 - Je retire mon colis à mon bureau de poste, 1 jour après la fin du délai indiqué. Ouf, il n'est pas reparti !

Je travaille à 3/4h de mon domicile. Mon bureau de poste ouvre à 9h30 et ferme à 17h30, je ne peux donc y aller que le samedi matin. Ajoutez à celà un samedi où je n'étais pas à Grenoble, et ça vous donne presque trois semaines de livraison pour une commande faite en 5 minutes en ligne.

En caricaturant, ça donne :

Je peux acheter des CDs en Australie à 2h du matin sur internet, mais je dois faire la queue à la poste le samedi matin pour les récupérer...

Loin de moi l'idée de taper sur des fonctionnaires qui seraient des fainéants. Et pour être précis, c'est la boutique qui a envoyé ma commande en collissimo, qui impose une signature du destinataire.

Mais quand même, ça fait réfléchir à deux fois avant de passer commande en ligne...

Une collègue anglaise me racontait hier qu'elle va parfois en librairie pour choisir ce qu'elle veut (pour l'ambiance), puis elle commande en ligne (pour le prix). Et elle s'étonnait qu'on soit si frileux en France.

Dans mon entourage, je ne connais que très peu de personnes qui ont peur de payer en ligne par carte bancaire. En revanche, un système de livraison plus simple en inciterai plus d'un à commander plus souvent.

Je vois deux solutions :

  1. Que les boutiques en ligne arrêtent de demander des signatures à la livraison !
    J'imagine que c'est pour éviter les contestations : les clients de bonne ou mauvaise foi qui affirment ne pas avoir reçu leur commande. Mais Amazon et La Fraise (au hasard) n'en demandent pas eux... est-ce qu'Amazon et La Fraise sont au bord de la faillite ? Je commande régulièrement sur ces deux sites, sans hésitation et sans me demander si je vais devoir aller faire la queue à la poste le samedi suivant.
  2. Même si La Poste fermait à 19h, ça ne règlerait pas tous les problèmes. La meilleure solution serait que La Poste passe des accords avec les entreprises, afin que les salariés puissent se faire livrer sur leur lieu de travail. Je connais bon nombre d'entreprises où  ce n'est pas possible aujourd'hui : l'entreprise est trop grosse, les colis personnels sont perdus ou volés; l'entreprise est une PME, et on voit les livraisons personnelles d'un mauvais oeil.

En attendant, c'est le mois de décembre, et je préfère aller faire la queue à La Poste samedi prochain plutôt que de me noyer dans la foule en magasin !

--
Ce que l'avenir vous promet, La Poste vous l'apporte, slogan de La Poste datant d'il y a quelques années, au moment du décollage des achats en ligne en France.

lundi 3 décembre 2007

Google "in real life"

Photo prise devant une boutique de Londres (et trouvée sur Webilius) :

Sticker 'Je suis sur Google Maps'

Amusant de voir Google faire de la pub dans la vie réelle...

Est-ce parce que les cartes sont une représentation du réel ? De notre côté, pour obtenir notre place sur Maps.google.fr, nous avons du renvoyer une confirmation papier datée et signée à Google France par la poste.

Si même Google s'y met, où va t'on ?

mardi 30 octobre 2007

Un RocTrip peut-il se vivre en ligne ?

C'est LA découverte que j'ai faite sur le Petzl RocTrip à Red River Gorge : les grimpeurs sont comme nous... quand ils rentrent le soir, ils se connectent à internet ! Pour aller regarder leurs mails, et pour en envoyer, parfois avec les photos de ce qu'ils ont fait pendant la journée. Pour aller sur Facebook aussi, ou pour mettre à jour leur blog, poster dans un forum.

Les grimpeurs pratiquent un sport résolument outdoor, et même à haut niveau pour la plupart de ceux présents au RocTrip. Mais ils ne sont pas beaucoup moins connectés que le commun des mortels que l'on perçoit derrière les concepts de user generated content et de web 2.0.

Autre constat : sur un RocTrip, il se passe beaucoup de choses, et il est très difficile de les appréhender dans leur globalité sur le terrain. Les grimpeurs (1 000 inscrits à Red River Gorge) sont répartis sur plusieurs falaises, et il y a une multitude de lieux de rencontre et d'échange après la grimpe.

L'outdoor online...

Je reviens donc de ce RocTrip (mon premier) avec le sentiment que c'est un évènement qui peut également se vivre en ligne, aussi outdoor soit-il.

Autour d'une pizza après une journée de grimpe.

A vivre en ligne, d'abord pour les participants : pour savoir ce qu'il s'est déjà passé à la falaise où ils vont demain, où sont les projets durs et les belles voies. Pour que le photographe officiel de l'évènement puisse publier sa sélection quotidienne d'images, et pour que chacun puisse montrer ses propres photos. Pour que chacun puisse également raconter son ascension de la voie réussie le jour même...

Ceux qui auraient aimé en être peuvent également vivre l'évènement en ligne. Parce qu'ils veulent suivre ce que font les amis qui ont eu la chance d'y aller, ou parce qu'ils veulent tout simplement suivre ce qui s'y passe, comme s'il y étaient.

Alors comment animer un RocTrip en ligne ?

Grimpeurs autour d'un ordinateur.

Il serait vain d'essayer d'enfermer sur un seul site toutes les publications qui touchent au rassemblement (avec un site collaboratif). En effet, comment assoir la notoriété d'un tel site aussi rapidement, pour une manifestation qui dure à peine quelques jours, pour que tous les acteurs viennent y publier ? Et qui a assez d'autorité auprès du public du RocTrip (online et offline) pour tenter d'acquérir cette notoriété ?

L'idée serait plutôt de publiciser à un seul endroit tous les contenus concernant le RocTrip publiés sur internet.

Publiciser sur un site officiel

Beaucoup d'évènements le font maintenant via un tag Technorati : tous les bloggueurs qui parlent, par exemple, d'une conférence, utilisent le tag officiel de la conférence. Les lecteurs peuvent ainsi retrouver plus facilement tous ces contenus via Technorati.com. Ce qui impose à tout le monde de passer par Technorati... Bref, c'est une solution un peu trop fermée et peu convaincante.

Je pense que la meilleure solution serait de mettre en place un site qui agrège toutes les contributions : tous les grimpeurs qui publient en ligne pourraient y faire la publicité de leurs articles, photos, vidéos. Le système serait une thématisation du très populaire américain Digg.com. Sur Digg les internautes soumettent au vote des articles publiés sur divers sites, et les plus populaires font la une. L'audience du site en fait un très bon outil pour faire connaître ses contenus. Dans le cas qui nous intéresse, le principe serait : je publie du contenu sur internet (sur mon blog, Flickr, Youtube...) puis le soumets à l'attention du public d'un évènement particulier sur le site dédié. Evidemment, le site proposerait à ceux qui n'ont pas de blog d'héberger leur prose et leurs photos.

L'avantage de ce système résiderait dans sa mixité. Les acteurs du RocTrip font remonter les infos et en font la promotion, et les éditeurs du site assurent l'éditorialisation de l'ensemble : rédaction de compte-rendu quotidiens pour donner une vue d'ensemble, regroupements d'articles soumis par le public dans des dossiers thématiques, promotion de contenus pertinents qu'ils ont repéré ailleurs mais qui n'ont pas été soumis sur le site.

Reste à imposer le site en question comme le site de référence du RocTrip. Je ne pense pas que ce soit le point le plus difficile, si on en fait la promotion en même temps que celle de l'évènement lui-même : sur toutes les communications, le poser comme le site officiel du RocTrip, et faire un gros travail d'information et de motivation des inscrits (leur donner un login/password automatiquement à l'inscription).

Reste l'étape critique : faire prendre la mayonnaise. Que les grimpeurs se connectent, qu'ils soumettent leurs publications, et surtout qu'ils reviennent...

jeudi 11 octobre 2007

Ouverture de Petzlteam.com

Le 04 octobre 1957, les Russes lançaient Sputnik dans l'espace. Cinquante ans et une semaine plus tard, Petzl lance Petzlteam.com sur la toile... :-)

L'idée est de donner plus de visibilité aux athlètes sponsorisés par Petzl, de leur permettre de parler de leurs projets, et de permettre au public d'échanger avec eux à propos d'escalade, d'alpinisme, etc.

Ça commence avec Tony Lamiche et Daniel Dulac, puis arriveront Dave Graham, Said Belhaj et tous les autres... Stay tuned, comme disent les ricains !

Le team Petzl découvre son nouveau site.

Une précision : on parle de blogs et de web 2.0, on parle donc forcément  de version beta :-P. Il reste certainement des bugs, et il y a encore des choses à peaufiner, tant au niveau graphique qu'ergonomique.

Pour les techniciens, ça tourne sous Dotclear, et comme je le disais hier, heureusement !

mercredi 10 octobre 2007

Mes cinq cents dans le débat Dotclear vs. Wordpress

Pour faire des essais, j'ai installé Wordpress sur un site perso. Parallèlement, je suis en train d'apprendre à de futurs bloggueurs comment se servir de Dotclear.

Et bien il n'y a pas photo : je n'aurai pas aimé former ces mêmes personnes débutantes sur Wordpress !

Admirez la simplicité du tableau de bord de Dotclear :

Le tableau de bord de Dotclear

Je me connecte, et j'ai accès à tous mes contrôles de manière limpide : écrire un nouveau billet, gérer mes billets, gérer mes commentaires et paramétrer mon blog (infos sur l'auteur, graphisme...).

De l'autre côté, Wordpress est plus abouti à mon goût. Paramétrage, fonctions du publications, ajout de plugins...  D'ailleurs je ne vais pas tarder à basculer Travaillons Connectés sur cette plateforme.

La contrepartie : l'interface est forcément moins simple :

Le menu Gérer de Wordpress

Voilà, c'était mes cinq cents. Je vous reparle très bientôt de nos amis les bloggueurs débutants...

dimanche 7 octobre 2007

Une semaine hors du bureau

Départ demain pour les USA (Red River Gorge, Kentucky). Lancement d'un nouveau site web à l'occasion d'un rassemblement de grimpeurs, le Petzl RocTrip.

Évidemment, je vous tiens au courant...

mardi 2 octobre 2007

Google va-t-il tous nous manger ?

Engooglés, une nouvelle bien écrite qui ose faire le rapprochement entre Google et la Stasi.
Science fiction, anticipation, extra-polation ? Si vous avez 1/4h, faites-vous votre avis.

Engooglés, la nouvelle.

Via Sébastien Billard

Vérifier la disponibilité d'un nom de domaine de manière sûre

Tous les sites de vente de noms de domaine (registrars) permettent évidemment de vérifier si un nom est libre. On appelle ça une requête whois. Mais attention, certains de ces registrars sont peu scrupuleux, et revendent les listes de requêtes whois à des tiers.

Résultat : votre-nom-prefere.com est libre quand vous vérifiez jeudi soir. Après une nuit de réflexion sur le bien-fondé de cet achat exorbitant - 20 €/an environ :-) - vous essayez de le déposer vendredi matin. Patatra, il a été pris dans la nuit ! Et le nouvel acquéreur du nom de domaine, que vous vouliez utiliser pour toutes les communications sur votre nouveau produit révolutionnaire, vous propose de vous le céder pour la bagatelle de 5000 €... Ce qui fait cher la nuit de réflexion !

Bref, pour vérifier la disponibilité d'un nom de domaine de manière sûre, voici une liste de sites de confiance. Ce sont des registries (registry au singulier). C'est à dire qu'ils ont reçu délégation de l'Icann (l'organisme qui gère les noms de domaine au niveau international) pour une extension particulière :

  • Pour les noms de domaine en .com .net .edu - Verisign
  • Pour les noms en .fr - NIC
  • Pour les .info - Afilias
  • Pour les .biz - Neulevel
  • Et pour les .org - Pir

NB : cette liste m'a été donnée par Ailair, avec qui je travaille depuis 5 ans pour la gestion des noms et sous-noms de domaine de mon entreprise.

mercredi 19 septembre 2007

Faire de la politique sur internet

Le net, nouvel opium du peuple ? J'avoue que je n'ai toujours pas compris le sens de cette question, thème d'un des duels du Forum de Libé.

Visiblement, Thierry Solère et Benoît Thieulin non plus, puisqu'ils ont surtout confronté leur bilan de la net-campagne : le premier est secrétaire national de l'UMP chargé d'internet, le second ex-responsable de la campagne internet de Ségolène Royal.

Une phrase que j'ai noté dans l'intervention de M. Solère :

Le net, c'est la version moderne du café du commerce...

Autrement dit, un lieu où l'on ne fait que discuter et d'où rien ne sort...

Au moment des questions, quelqu'un dans la salle a proposé ce résumé à M. Solère : en fait vous considérez internet comme un complément d'information sur les sondages et les enquêtes d'opinion ? Ce à quoi il a acquiescé sans hésitation.

Sans considérations partisanes, M. Solère m'a donné l'impression d'avoir été bombardé chef de projet internet à l'UMP, comme il aurait put l'être sur les relations presse ou quoi que ce soit d'autre : il ne prend pas en compte les spécificités de l'outil.

En face, ce qui m'a surtout frappé chez Benoît Thieulin, c'est cet "aveu" d'avoir été très vite, et d'avoir ajusté le tir au fur et à mesure. L'air de dire "Ségolène Royal s'est décidée très tard, on a du peaufiner le plan au fur et à mesure qu'on le déroulait pour réussir notre coup de force au PS".

M. Thieulin a donné quelques détails sur la manière de faire remonter les contributions des internautes dans les notes de synthèse à destination de la candidate, et expliqué sa vision de la place que doivent prendre les politiques sur le réseau.

Une piste pour expliquer ces deux façons différentes de faire de la politique sur internet :

--
Note : ce billet reprend en grande partie les commentaires que j'ai fait sur le blog du Forum.

samedi 8 septembre 2007

Sinon, essayez avec une frontale...

Allez, c'est le week-end, c'est relâche : une petite vidéo extraite du site promotionnel lampes frontales Petzl dont je vous parlais hier...

jeudi 6 septembre 2007

Moi, je vois dans le noir...

En juin, on en était à plus de 14 millions de foyers français connectés à l'internet haut débit[1]... c'est pour ça qu'on n'a pas hésité à faire un site full flash avec de la vidéo détourée ! :-)

Dans le cadre de mon boulot, nous avons mis en ligne la semaine dernière un small site pour faire la promotion de nos lampes frontales. Il a été conçu pour soutenir une campagne de publicité dans la presse grand public française. Il s'adresse à ceux qui ne connaissent pas notre marque, et qui ne connaissent pas forcément l'objet lampe frontale.

Nos cibles habituelles sont plutôt techniques (montagne, trekking, trail running...) et elles connaissent bien Petzl (qui est leader mondial sur ces marchés). Nous nous adressons donc à elles via la presse spécialisée, et via un site qui parle aux initiés.

Ce nouveau small site présente donc les avantages des lampes frontales Petzl pour les situations de tous les jours, et met en avant les modèles les moins techniques.

Pour aller faire un tour sur le site promotionnel, c'est par ici. Et pour voir la campagne de pub, allez chez votre kiosquier feuilleter Capital ou Système D !

Copie d'écran du site promotionnel lampes frontales Petzl.

--
[1] Source Infos du net.

mardi 4 septembre 2007

Des designs de blogs réussis

Je suis justement en train de travailler sur le sujet, et dieu sait que ce n'est pas ma tasse de thé... Et voilà que Mr Presse-Citron nous signale cet article : 45 excellent blog designs.

Merci Presse Citron !

mercredi 29 août 2007

L'Ultra-trail du Mont-Blanc dans son canapé

Les 24 et 25 août, j'ai couvert l'Ultra-trail du Mont-Blanc, mon employeur étant partenaire de l'évènement. Le principe de la course : faire le tour du Mont-Blanc en courant (163 km, 8900 m de dénivelé positif). Le vainqueur met 21h30 à faire la boucle, les moins rapides mettent 46 heures (dont deux nuits à courir dans la montagne).[1]

J'ai été impressionné par les moyens techniques mis en oeuvre par l'organisation pour permettre au public de suivre la course [2].

RFID, web, sms

Tous les coureurs portaient un badge RFID pour se faire "bipper" aux points de contrôle. Leur position était ensuite retransmise sur le web et sur téléphone mobile :

  • sur live.ultratrailmb.com, on pouvait consulter les fiches des coureurs et voir où ils en étaient : dernier passage à un point de contrôle, à quelle heure, en quelle position. De même pour un point de contrôle donné : quels coureurs sont déjà passés, à quelle heure et en quelle position ?
  • par alerte SMS, à chaque fois que le n° de dossard que l'on souhaitait suivre passait un point de contrôle.

En direct sur Google Earth

Sur la fin du parcours, les coureurs en tête ont été équipés d'une balise GPS. Leur progression a ainsi pu être retransmise en direct sur Google Earth. On pouvait suivre ça depuis chez soi, ou sur l'écran géant au centre de Chamonix, où avait lieu l'arrivée.

J'ai également aperçu plusieurs coureurs utilisant leur téléphone mobile : pour informer leur équipe d'assistance de leur état de forme, pour prendre une dose de réconfort auprès d'un proche... C'est amusant, alors que la plupart étaient équipé de matériel très technique pour s'alléger au maximum.

Par contre, j'ai bien cherché sur Twitter.com et Google, je n'ai trouvé aucun coureur qui a twitté la course en direct... L'année prochaine peut-être ? ;-)

Le coureur Vincent Delebarre arrive au point de contrôle des Chapieux - UTMB 07.
Photo Boris Stephan, copyright Petzl.

--
[1] pour ceux que ça intéresse, le compte-rendu que j'ai fait de la course : Le trail running n'est pas une science exacte...
[2] bien entendu, j'ai aussi été très impressionné par la performance sportive des coureurs...

jeudi 26 juillet 2007

Off pour 3 semaines

Vacances, forcées et impromptues, jusqu'au 20 août (mais on ne va pas se plaindre...).

Pendant ce temps, une petite pensée pour les développeurs qui développent et les graphistes qui graphitent... Deux beaux projets à sortir en septembre :-)

Bon été à tous !

Départ en vacances

--
NB : Les commentaires et les rétroliens sont fermés jusqu'à mon retour.

mardi 24 juillet 2007

J'ai vu l'homme qui avait l'iPhone...

Je parlais dans mon dernier billet de parasite marketing à propos de l'iPhone. Hé bien nous avons eu droit la semaine dernière à une démonstration grandeur nature, à mi-chemin entre le parasite et le permission marketing.

Le stand Petzl au salon de Friedrichshaffen était bondé : Petzl payait l'apéro... On discutait avec les Pofies, lorsqu'on remarque à côté de nous un gars en train de prendre des photos de l'évènement avec son appareil à bout de bras : un iPhone ! Forcément, on regarde d'un air intéressé. Le gars saisit la balle au bon et s'exclame : hé oui, c'est un iPhone... S'ensuit une démonstration des différentes fonctions et de l'interface (encore plus bluffant qu'en vidéo).

Chargeur solaire Solio. Au bout de 5 minutes de démo, on apprend qu'en utilisation intensive, le téléphone tient juste une journée. D'où la solution miracle de notre interlocuteur : son chargeur solaire de poche ! Nous étions captivés par sa démo de l'iPhone, il nous sort son produit, on ne peut pas s'échapper... Imparable.

Ses commerciaux ont également écumé les files d'attente devant les magasins Apple : vous allez acheter un iPhone, j'ai ce qu'il vous faut pour le recharger n'importe où ! Excellent, ils ont du en vendre quelques cartons...

D'ailleurs, vous pouvez aller jeter un oeil sur le chargeur solaire en question, fabriqué par Solio. Et si vous avez 5 minutes à perdre, faites un tour dans la galerie des utilisateurs.

jeudi 12 juillet 2007

Comment faire parler de produits qui n'ont rien de tendance ?

Vous vendez des produits qui n'ont rien de sexy ou de tendance, et vous vous demandez comment en faire parler au milieu du bruit buzz ambiant ?

J'ai une proposition à vous faire : vous prenez un des produits les plus hypes du moment, et vous le mettez en scène à côté des vôtres dans une vidéo.

Au hasard, l'iPhone...

Voilà, il ne vous reste plus qu'à vous procurer un iPhone et une caméra...

mercredi 11 juillet 2007

Le blog de Mountain Hardware

Mountain Hardware est un fabriquant de vêtements, tentes et sacs de couchage pour l'alpinisme[1].

La marque a lancé son blog en janvier dernier, et elle fait ça bien :

En bref : en tant qu'utilisateur, ce genre de dispositif me séduit; en tant que chargé de projet internet dans la même industrie, tant d'audace dans la communication me fait m'écrier : "bon, on s'y met quand ?!?".

-----
[1] Petit détail : c'est plutôt du software, le hardware étant plutôt la quincaillerie (mousquetons, descendeurs), les casques, etc.

mardi 3 juillet 2007

De retour

De retour de vacances, en forme et détendu.

J'ai passé mon lundi à gérer les mails et les requêtes urgentes.
Aujourd'hui, je remets la tête dans les projets. L'été devrait être passionnant !

J'ai testé Twitter pendant ces deux dernières semaines. J'espère trouver le temps d'en parler un peu ici.

vendredi 15 juin 2007

Vacances

Je pars en vacances... (ouf !)

Trackbacks fermés, les commentaires restent ouverts (l'anti-spam de Dotclear 2 est très efficace).

Mon twitter passe en mode 3615MyLife.

Retour le 02 juillet. Soyez forts :-)

- page 2 de 4 -