L'Icann est l'organisme qui gère les noms de domaines au niveau international. C'est l'Icann qui décide de la création de nouvelle extensions, et qui délègue leur gestion à des entreprises privées. Exemple récent : la création du .iq pour l'Irak récemment.

Son président,  Paul Twomey, a créé une belle pagaille le 23 juin dernier, en annonçant la libre création d'extensions. La presse a en effet interprété ses propos à peu près comme suit : "Début 2009, tout un chacun pourra créer son propre domaine". Et d'imaginer l'énorme l'afflux de demandes de la part des particuliers, le cyber-squatting inévitable (combien de demandes pour le .sarkozy ?), etc.

Une fois de plus, les journalistes sont fascinés par ce qu'ils ne comprennent pas.

Deux précisions à propos de la libre création de domaines de premier niveau.

  1. Le coût sera une première barrière à la création d'extension : "The application fee for a domain name under the proposed system has not been set, but candidates estimate that it could range from €25,000 to €250,000".
    (source International Herald Tribune).
  2. Au-delà du coût, la procédure administrative sera lourde : dossier de candidature étayé, vérifications de propriété intellectuelle, soutient d'une structure de gestion de nom de domaine solide, etc. Puis examen de la candidature par l'Icann...
    (sources : Le blog du droit des noms de domaines, et la remise à l'heure des pendules de Adscriptor)

Paul Twomey a d'ailleurs tempéré ses déclarations depuis, vu le nombre de mauvaises interprétations auxquelles elles ont donné lieu.

Contexte

Le but de l'Icann n'est pas de laisser libre cours à la création de noms de domaines personnels, de marques, de lieux, etc.
Le but de l'Icann est de développer le marché des noms de domaines, qui est un business comme un autre.

Comment les choses devraient se passer :

  • des entreprises ou des consortiums vont postuler pour la création de nouvelles extensions, en vue de les commercialiser largement. Deux exemples en cours: la création des domaines .paris et .sport.
  • Puis éventuellement, des prestations d'accompagnement de création de domaines vont apparaître. Une entreprise qui voudra son propre domaine achètera la démarche de création du nom (montage du dossier, négociations avec l'Icann...) à une société tierce, dont ce sera la spécialité. Cela n'arrivera que si l'Icann adoucit les conditions d'éligibilité d'un nouveau domaine.

.votre-nom ?

Évidemment, les grandes entreprises vont étudier la création d'un domaine à leur nom (.marque), ne serait-ce que pour le protéger. Mais on est très loin du formulaire en ligne votre nom - votre adresse - votre extension - votre n° de CB, grâce auquel tout le monde pourra créer n'importe quelle extension de domaine...

J'en profite pour rappeler ce billet : Vérifier la disponibilité d'un nom de domaine de manière sûre.